Comment dépasser sa peur de l’aiguille ?

infirmiere piqure

 

Beaucoup de Français n’aiment pas donner leur sang. Ce n’est pas parce qu’ils ne veulent pas faire ce geste noble, mais tout simplement par la peur de l’aiguille. Il faut dire que c’est un sentiment normal, car la vue d’une aiguille fait parfois froid dans le dos. Cependant, ce n’est pas une raison pour ne pas donner son sang d’autant plus que cela ne fait pas mal. Voici comment dépasser sa peur de l’aiguille.

D’abord, avoir confiance

Tout se joue dans la tête. Par conséquent, si vous souhaitez surmonter votre peur des aiguilles, il faut d’abord se mettre à l’aide lors de la prise de sang. En effet, comme toutes les phobies, celle de l’aiguille est principalement d’ordre psychologique. D’ailleurs, avec une aiguille, on ne ressent qu’un petit « pic » pas vraiment douloureux et qui dure moins d’une seconde. Ce qui confirme alors que la douleur ressentie n’est pas physique, mais psychologique.

Dès lors, pour dépasser votre peur des aiguilles, il faut vous mettre en confiance, car vous êtes entre les mains d’un professionnel. Le mieux serait d’entamer une conversation avec le praticien. Celui-ci y répondra volontiers s’il se rend compte que vous essayez de chasser vos peurs. Au final, cela va passer inaperçu.

Des méthodes de grand-mère

Il existe plusieurs méthodes très simples pour ne pas sentir la douleur dans un laboratoire pour une prise de sang. En effet, vous pouvez utiliser un patch avec une crème antidouleur prescrit par un médecin. Vous pourrez l’appliquer une heure avant la prise de sang afin d’annihiler toute douleur lors de l’opération.

On a aussi une méthode naturelle consistant à inspirer un bon coup au moment où l’aiguille rentre. Le fait de boire un verre d’eau avant la prise de sang permet de dilater les veines et surtout de se préparer au mieux au travail du médecin. Enfin, le fait de penser que le fait de donner votre sang pour des malades pourrait sauver des vies est un sacré remontant.

Prise de sang : quel est le rôle du médecin ?

Lors d’une prise de sang, le médecin a un rôle important dans la détente de la personne. En effet, ne pas faire de mouvements brusques, manipuler les objets avec précaution et faire l’objet de convivialité sont des éléments non négligeables lorsqu’on souhaite effectuer ce type de prélèvement. Engager une discussion stimulante avec le patient est aussi un très bon moyen de faciliter l’opération.